26 août 2012

Retour sur le Castillan

1-fr-4171c7deb67d7dd9d2c9a25e99046ce1

Il y a un mois j’ai fait un castillan (dont j'ai parlé ici). Quatre semaines  d’attente minimum sont nécessaires à l’utilisation d’un savon fait maison : c’est temps dit de la « cure ». On ne peut pas utiliser un savon (en saponification à froid) dès qu'on l'a fabriqué.

Mon objectif était de faire un nettoyant visage en comptant sur l’exclusivité de l’huile d’olive dans la constitution de base du savon (jusqu’à la trace). J’avoue que, pour moi qui débute en savonnerie, je suis très étonnée par ce castillan : il a une très bonne dureté (pas mou) mais surtout,  à l’utilisation, je le trouve hyper doux. Comme c’est mon premier, je ne sais pas à quoi c’est dû, voire si c’est toujours comme ça. Par contre, c’est vrai que j’ai pris une super huile d’olive (primée en Espagne) pour le faire.

En utilisant une autre huile d’olive, je verrai si ça fait une différence. L’odeur du savon m’a également étonnée : le parfum est discret mais le savon « sent bon » et là aussi, eu égard à l’utilisation de l’huile d’olive, qui peut avoir une odeur assez forte, je trouve que c’est bien cool. L’ajout que j’ai fait des huiles essentielles reste assez imperceptible par rapport à l’odeur même si je pense que leur présence est bénéfique pour la peau. Par contre, et j’ai compris pourquoi après, le castillan, nettoie vraiment : au point même qu’il enlève le film hydro lipidique de la peau. Le moyen de remédier à ce problème (qui risque d’assécher la peau) est de passer une lotion aussitôt après. Néanmoins, personnellement je ne le fais pas, par contre je mets une crème aussitôt après l’avoir utiliser.

Donc, en gros : j’ai hâte de refaire un castillan pour comparer avec celui-ci. Je pense que toutefois je rajouterai d’autres choses  (genre huiles végétales, voire que d’olive : encore et toujours) à la trace que des huiles essentielles (pour amoindrir l’après-nettoyage légèrement asséchant).

L’histoire du castillan date d’il y a plusieurs siècles : en fait, on l’appelle le « savon de Castille » parce qu’il est originaire de la région éponyme d’Espagne. Ailleurs en Espagne, on fabriquait du savon avec de la graisse animale. Mais… en Castille poussent des oliviers. Donc  à l’époque, on a fait dans le « slow » ou le durable : à savoir qu’on a utilisé la matière première déjà sur place, l’huile d’olive, pour faire un savon.

Or, à partir du moment où le « castillan » a été fabriqué, on s’est rendu compte de ses vertus pour la peau (et oui, l’huile d’olive est so good pour la peau), tant d’un point  de vue dermatologique que médical. Il est devenu un savon de référence (sapo castilliensis) et sa notoriété a commencé à dépasser la Castille et même l’Espagne.

Par ailleurs, le savon de Castille n’est pas le savon  de Marseille : le « vrai »  savon de Castille c’est 100 % d’huile d’olive et le « vrai » savon de Marseille, c’est 72 %.

 

1-fr-4171c7deb67d7dd9d2c9a25e99046ce1

Il y a un mois j’ai fait un castillan (dont j'ai parlé ici). Quatre semaines  d’attente minimum sont nécessaires à l’utilisation d’un savon fait maison : c’est temps dit de la « cure ». On ne peut pas utiliser un savon (en saponification à froid) dès qu'on l'a fabriqué.

Mon objectif était de faire un nettoyant visage en comptant sur l’exclusivité de l’huile d’olive dans la constitution de base du savon (jusqu’à la trace). J’avoue que, pour moi qui débute en savonnerie, je suis très étonnée par ce castillan : il a une très bonne dureté (pas mou) mais surtout,  à l’utilisation, je le trouve hyper doux. Comme c’est mon premier, je ne sais pas à quoi c’est dû, voire si c’est toujours comme ça. Par contre, c’est vrai que j’ai pris une super huile d’olive (primée en Espagne) pour le faire.

En utilisant une autre huile d’olive, je verrai si ça fait une différence. L’odeur du savon m’a également étonnée : le parfum est discret mais le savon « sent bon » et là aussi, eu égard à l’utilisation de l’huile d’olive, qui peut avoir une odeur assez forte, je trouve que c’est bien cool. L’ajout que j’ai fait des huiles essentielles reste assez imperceptible par rapport à l’odeur même si je pense que leur présence est bénéfique pour la peau. Par contre, et j’ai compris pourquoi après, le castillan, nettoie vraiment : au point même qu’il enlève le film hydro lipidique de la peau. Le moyen de remédier à ce problème (qui risque d’assécher la peau) est de passer une lotion aussitôt après. Néanmoins, personnellement je ne le fais pas, par contre je mets une crème aussitôt après l’avoir utiliser.

Donc, en gros : j’ai hâte de refaire un castillan pour comparer avec celui-ci. Je pense que toutefois je rajouterai d’autres choses  (genre huiles végétales, voire que d’olive : encore et toujours) à la trace que des huiles essentielles (pour amoindrir l’après-nettoyage légèrement asséchant).

L’histoire du castillan date d’il y a plusieurs siècles : en fait, on l’appelle le « savon de Castille » parce qu’il est originaire de la région éponyme d’Espagne. Ailleurs en Espagne, on fabriquait du savon avec de la graisse animale. Mais… en Castille poussent des oliviers. Donc  à l’époque, on a fait dans le « slow » ou le durable : à savoir qu’on a utilisé la matière première déjà sur place, l’huile d’olive, pour faire un savon.

Or, à partir du moment où le « castillan » a été fabriqué, on s’est rendu compte de ses vertus pour la peau (et oui, l’huile d’olive est so good pour la peau), tant d’un point  de vue dermatologique que médical. Il est devenu un savon de référence (sapo castilliensis) et sa notoriété a commencé à dépasser la Castille et même l’Espagne.

Par ailleurs, le savon de Castille n’est pas le savon  de Marseille : le « vrai »  savon de Castille c’est 100 % d’huile d’olive et le « vrai » savon de Marseille, c’est 72 %.

 


18 août 2012

En prévision... : fleurs séchées

DS3_9629 [1600x1200]

en prévision de futurs patouillages... J'ai trouvé trois en magasins bio (camomille, bleuet, souci), les roses viennent de mon jardin. A ne surtout pas mettre en bocal avant qu'elles ne soient vraiment sèches. Là, mes petits bocaux ont eu le droit de sortir de leur placard pour la photo mais sinon, je les garde à l'abri de la lumière. J'ai déjà fait un petit savon (en cure pour plusieurs semaines...) avec le bleuet et un macérat (huile d'amande) avec le souci (calendula). Eh oui, ce n'est pas que joli...

P1090208 [1600x1200]P1090209 [1600x1200]

 

Sinon :

Calendula (souci) : anti-inflammatoire, anti-oxydant, cicatrisant et adoucissant

Bleuet (Centaurea cyanus) : décongestionnant, calmant, régénérant, astringent

Rose : tonique cutanée, régénérante

Camomille : calmante, anti-inflammatoire, anti-allergique

que du bonheur

DS3_9617 [1600x1200]

Posté par dame_de_lotus à 18:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

stick anti-moustiques

avec un stick pour calmer les piqûres et une bougie pour l'ambiance ici

DS3_8489

calmos

01 août 2012

DIY : un rangement rouge à lèvres

avec une boîte en bois trouvée chez Boesner et du carton

P1090221 [1600x1200]

P1090225 [1600x1200]

P1090227 [1600x1200]

Posté par dame_de_lotus à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Pressage pigments et dépotage fards à paupière Mac

Bon, il y a pas longtemps j’ai donc reçu une commande TKB, dont j’ai parlée ici. Outre le fait que les pigments TKB peuvent servir à plein de choses, ils peuvent également servir à faire des fards à paupières home made. Pour ce, j’ai utilisé le petit jeton fourni par TKB dans ses palettes (quad) vides et un engin trouvé sur le site d’Aroma-Zone. J’ai également utilisé deux poudres commercialisées par Aroma-Zone : du talc cosmétique enrobé et la « touche douceur ». Par contre, je n’ai pas utilisé de beurre de karité comme le site en propose pour faire des fards à paupières compacts. D’expérience, je trouve que pour ce genre de préparation le beurre de karité a tendance à aboutir à un résultat final qui fait que le fard reste dans les plis de la paupière : ce qui est loin d’être glam, il faut en convenir…. Le but est néanmoins ici de faire en sorte que les poudres puissent s’agglomérer sans pour autant noyer le pigment dans trop de liquide, ce qui m’arrivera néanmoins dans cette série :-(

Pour agglomérer, j’ai choisi d’utiliser : un ou deux pschitt d’huile de jojoba, un chouya d’huile de coco factionnée et quelques goutes de vitamine E.

Pas à pas, le pressage (il faut tout désinfecter avec de l’alcool avant de commencer ; et quand on change de couleur : idem tout renettoyer) (les cuillères m’ont servi à mesurer les poudres d’Aroma-Zone, j’ai seulement utilisé la plus petite).

 

P1090451 [1600x1200]

J’ai mis les poudres dans un mini  « récipient » (genre on récupère un bouchon de n’importe quoi). J’ai touillé les poudres avec un truc (sais pas le nom) dont on se sert pour manger des huitres.

 

P1090453 [1600x1200]

Ensuite, on ajoute les huiles et la vitamine E

 On obtient un produit encore poudré. Pour la couleur, c’est chacun comme il veut. Ici avec le pigment Swiss chocolate de TKB, je voulais un brun chaud. Et je l’ai eu. Par contre, il est vrai que les ajouts de poudre d’Aroma-Zone impliquent que l’aspect « mica » du pigment s’estompe. Je pense que si on veut conserver les micas, il faut en mettre moins (c’est ce que j’ai fait pour la couleur d’après).

On obtient donc un mélange :

P1090454 [1600x1200]

Si la couleur nous plait, on en verse dans un godet, faut pas avoir peur d’en faire un tas qui a l’air de complètement déborder (on va presser, alors il faut de la matière)

 

P1090457 [1600x1200]

Pour presser, je me suis servie du jeton fourni dans les quads de TKB mais on peut prendre autre chose qui est plat et pas trop volumineux

 

P1090458 [1600x1200]

Et on obtient un pigment pressé :

 

P1090459 [1600x1200]

Je vous présente mon désormais fard à paupière Swiss Chocolate :

 

P1090461 [1600x1200]

Comme j’ai un peu tout fait au pif (comme souvent :-)), m’en est resté, alors je l’ai compacté dans un autre récipient 

 

P1090462 [1600x1200]

Pour presser le godet avec le jeton, j’ai donc utilisé l’engin d’Aroma-Zone :

P1090486 [1600x1200]

Il est certes moyen pratique. Là où on voit que le pigment est vraiment pressé c’est quand il tombe du truc parce qu’entre la pince qui a la flèche en haut et celle qui a la flèche en bas, on se plante et ça fait tomber le godet qui se retrouve à l’envers : et s’il n’y a pas des miettes partout c’est que le pressage tient. Un peu empirique et maladroite comme méthode de vérification mais ça marche, alors soyons pragmatique (ou manche).

 

Maintenant, une autre couleur, que j’adore :  Ivory Lace

P1090464 [1600x1200]

Re-pareil, les étapes :

Les poudres mélangées entre elles et avec les ajouts :

 

P1090465 [1600x1200]

Le tas dans le godet :

 

P1090467 [1600x1200]

Et le fard à paupière final :

 

P1090470 [1600x1200]

Et je vous présente  mon fard à paupière Ivory Lace :

 

P1090484 [1600x1200]

Avec ces deux pressages, mon but était de compléter ma palette « neutral » de Mac (et oui j’ai honte mais j’adore les fap Mac qui, je sais, ne sont absolument pas bio) :

 

P1090483 [1600x1200]

Et maintenant une petite séance de dépotage Mac :

Nous avons besoin d’une source de chaleur, d’un morceau de papier cuisson et d’un fard Mac. Ici, on remerciera Tempting d’être passé à la casserole :

P1090473 [1600x1200]

D’abord on se dépatouille pour désolidariser le fard du boîtier. Il y a un petit espace qui va permettre de passer la pointe d’un couteau :

P1090474 [1600x1200]

On obtient alors deux parties : la coque et le fard

P1090475 [1600x1200]

Ça va commencer à se corser quand même :

On fait chauffer la source de chaleur (ici, j’ai pris un lisseur) et on met le morceau de papier dessus pour y poser le fard :

 

P1090476 [1600x1200]

 

P1090477 [1600x1200]

On n’attend vraiment que quelques secondes : le but n’est pas ici de cuire Tempting qui ne mérite vraiment pas un tel sort tellement c’est une belle couleur

Après quelques secondes, on prend un cutter ou une pointe très fine pour enlever le godet du truc en plastique et là c’est hard, très hard et ça peut s’avérer fatal pour les fards à paupière (on peut obtenir un fard poudre si vraiment ça tourne très mal….)

 

P1090479 [1600x1200]

Après on rassemble les morceaux de la coque et on le garde pour un Back2Mac : au bout de 6 emballages, Mac vous offre un rouge à lèvres (et ma fille attend avec une certaine impatience celui-là parce que c’est le 6ème et qu’elle veut son, first, rouge à lèvre Mac).

P1090480 [1600x1200]

Poursuivons : et non, ce n’est pas encore fini

J’ai fait un quad avec les pigments TKB et je me suis plantée pour une couleur où j’ai mis trop de liquides du coup, je l’ai laissé pour une texture compacte, un peu crémeuse mais pas trop quand même, que j’ai utilisée sur les lèvres et les joues (faut étaler quand même genre blush crème) :

DS3_9737_1 [1600x1200]

Dans l’ordre, en Z : Dusty Rose, Ivory Lace, un mélange de Dusty Rose et de Blackstar gold et le « crème », c’est Soft Mauve.

P1090487 [1600x1200]

Soft mauve mérite vraiment un autre traitement que celui que je lui ai fait subir ici. C’est un très beau pigment. Bon, je recommencerai…

 

Bonus : quoi, toujours pas fini….

J’ai vraiment honte mais je continue…. J’essaie de me calmer sur les fards Mac et je trouve que j’y arrive un peu…

Alors voici ma collec. J’ai pas fait de swatch… parce que c’est un boulot monstre

 Pour la palette de 15

DS3_9735_1

Premier rang :

 

Copie de DS3_9735_1 [1600x1200]

Malt, mat, que j’adore, c’est une couleur très douce

Shadowy Lady, mat,  je l’adore aussi même si ce n’est pas une couleur facile. Je la mets dans le coin externe et au ras des cils inférieurs

Copperplate, mat, j’aime beaucoup aussi

Mystery, satin , un brun simple et facile

All that glitters, veluxe pearl , qu’on ne présente plus

 

Deuxième rang :

Copie (2) de DS3_9735_1 [1600x1200]

Woodwinked, veluxe pearl, un doré

Sable,  frost , une très belle couleur qui se suffit à elle-même

Satin taupe, frost, le célébrissime

Honey Lust, lustre, un doré léger et transparent

Expensive pink, veluxe pearl , un rose doré très doux

 

3ème rang :

DS3_9735_1 [1600x1200]

Patina, frost, un neutre dont j’ai du mal à me servir

(on passe deux fards de TKB)

Tempting, lustre, un brun doré chaud très beau aussi

Et Coppering, veluxe pearl, un rouge cuivré très beau mais, je trouve, pas si facile que ça à utiliser non pas à cause de la texture mais plutôt de la couleur.

 

Après des quads que je me suis fabriqués :

Roses :

DS3_9738_1 [1600x1200]

En Z :

Nocturnelle, frost, un violet prune joli comme tout

Girlie, satin, un rose pâle un peu pèche

Sushi flower, satin, un rose bien vif

Cranberry, frost, un prune vif si on veut

 

 

Un quad dans les verts :

 

DS3_9748_1

En Z :

Somptuous olive, velux pearl, un super beau vert doré

Plumage, mat, un bleu-vert foncé difficile à travailler mais très beau

Greensmoke, lustre, bien que lustre, je le trouve génial, il met de la couleur en transparence

Humid, frost, un beau vert  bien franc avec une texture super agréable

 

Un quad dans les bleu/gris/noir :

DS3_9747_1

En Z :

Black tied, velours, un noir avec de légères paillettes qui a eu la bonne idée de tomber par terre et qu’il en reste que la moitié, c’est ballot

Knight divine, veluxe pearl,  un gris bleuté avec une texture… divine

Deep truth, frost, un bleu franc

Contrast, velours, un bleu foncé très beau

 

Et les quads que j’ai acquis comme tels, qui comportent des permanents et des LE ensemble :

Le premier que j’ai eu : Colour 4

_DS25404RRR [1600x1200]

Manilla paper, VP, couleur peau mais un peu doré

Flip, Frost, un doré chaud

Astec brick, vp, un cuivré avec une texture divine

Creole beauty, frost, un brun tout simple

 

Caviar Dream :

_DS25401RRR [1600x1200]

Brulé, satin, qu’on ne présente plus mais qui mérité sa célébrité

Retrospeck, lustre, une sorte de gris beige pas vilain du tout,

Et tu bouquet ?, frost, un rose très pâle pas toujours facile à utiliser tant par rapport à la texture que la couleur,

Caviar Dream, lustre, un vert-gris qui ressemble à Greensmoke mais en plus gris, qui a un effet très doux

 

Burmese Beauty :

_DS25406RRR [1600x1200]

Prized, satin, couleur chair, discret, j’aime beaucoup

Burmese beauty, lust, un vert/brun qui ressemble à Club (et c’est pour ça que je n’ai pas Club)

Skintone 2, frost, un neutre plutôt doré

Showstopper, mat, un brun plutôt foncé que j’adore

 

Athma :

_DS25390RRR [1600x1200]

Jaan, Lustre, une sorte de beige doré et rosé pas facile je trouve

Folie, satin, un brun rouge

Vivah, lustre, un brun chaud peu pigmenté mais qui peut rendre quelque chose de sympa utilisé tout seul, bizarrement

Carbon, mat, le noir mat de chez Mac

 

Cutie :

P1070171

Moshi moshi, frost, un blanc nacre aux reflets verts

Goody gum drop, satin, un rose doux

Boycrazy, lustre, un mauve peu pigmenté qui nécessite d’y revenir dans tous les sens du terme

Asuki bean, frost, un mauve foncé sympa et discret

 

 

Lady grey, un quad neutre que j’adore trop :

DS3_9750_1

All race, mat, un blanc-mauve clair mat (c’est quoi cette description…) que j’adore

Tendersmoke, frost, un mauve grisé,

Lady grey, satin, un gris neutre tyran sur du jaune

Hazy day, velux pearl, un gris glace très beau

 

Et pour finir ma palette de la collection Tartan Tale qui appartient déjà au passé, ici c’est Twists of Tartan_DS25415RRR

Lady’s Prance, mat, un blanc cassé gris mat,

Rolled gold, lustre, un vert doré

High spirits, frost, un vert franc

Vain glorious, frost, un prune un peu cranberrisé

Set to dance, mat, un bleu foncé

Bows and curtseys, satin,  un vert forêt profonde.

 

Au final, ça ne prend pas du tout beaucoup de place...

 

P1090494 [1600x1200]

 

That’s all

Ici s’achève enfin ce post qui n’en finissait pas

Posté par dame_de_lotus à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


liens ailleurs
Newsletter
Les rêves d'Eve : cosmétiques home-made et créations hand-made
cosmétique home-made, créations hand-made en couture, bijoux et accessoires en pâte polymère
 août 2012 »
dimlunmarmerjeuvensam
   12 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
2627 28 29 30 31